• Un dernier pour la route, création 2014

    A l’instar du temps qui passe, contre lequel on ne peut rien, la recherche chorégraphique s’axe autour de la soumission du corps à des lois qui nous échappent. Le mouvement est généré par des forces extérieures à la volonté. Les corps sont soumis à des règles physiques qui les dépassent, mais auxquelles ils se réadaptent sans cesse.

 

Distribution

Mise en scène Harold Henning
Avec Florent Blondeau, Sébastien Bouhana, Colline Caen, Chloé Duvauchel, Jonas Julliand / Guillaume Amaro, Serge Lazar, Gaëtan Levêque, Marc Pareti, Marlène Rubinelli-Giordano et Fabian Wixe
Composition musicale Bertrand Landhauser & Sébastien Bouhana
Percussions, guitare Sébastien Bouhana
Guitare électrique Jean-Paul Peyrat
Scénographie Sigolène de Chassy
Lumières Olivier Duris
Costumes Mélinda Mouslim assistée d’Emma Auzanneau
Construction Daniel Doumergue & Alex Olléac

Direction technique Rico Proust
Régie générale Alex Olléac
Régie lumière Olivier Duris
Régie son Jean-Paul Peyrat
Régie de scène Laëtitia Olléac
Régie chapiteau Idéal Buschhoff, Soslan Cavadore, Bruno Gallix, Thomas Khomiakoff, Marc Lebars, Hubert Masse, Laurent Morel Nicolas Sajous

Production Collectif AOC
Coproduction Agora Pôle National des Arts du Cirque Boulazac Aquitaine, Théâtre Firmin Gémier – La Piscine Pôle National des Arts du Cirque d’Antony et de Châtenay-Malabry, Cirque – Théâtre d’Elbeuf Pôle National des Arts du Cirque Haute-Normandie, Le Carré Magique Pôle National des Arts du Cirque Lannion Trégor, Le Sirque – Pôle National des Arts du Cirque Nexon Limousin, CIRCa Pôle National des Arts du Cirque Auch Midi-Pyrénées, OARA/Office Artistique de la Région Aquitaine, IDDAC/Agence Culturelle de la Gironde, Le Carré–Les Colonnes, Scène conventionnée Saint-Médard-en-Jalles/Blanquefort, CREAC/Ville de Bègles.
Avec le soutien de l’ADAMI, de la Région Ile-de-France et du Théâtre de la Coupe d’Or-Scène conventionnée de Rochefort.

 

Sud-Ouest

Jean-Luc Eluard / 10 Avril 2014

« En évoquant l’âge qui rattrape les corps des circassiens, le Collectif AOC a trouvé une sérénité inédite : une fluidité des mouvements et une recherche esthétique plus poussée. »